Ligne de partage

De Les Archives de Vault-Tec

Une relecture de cet article a été demandé par un contributeur.

Si vous souhaitez relire cet article, merci de vérifier la conformité du titre, plan et de la typographie. Faites vos retours sur la page de discussion de l'article si nécessaire.
Merci de supprimer le bandeau de relecture si vous jugez l'article conforme aux attentes du wiki.

Ligne de partage
FNVLR Ligne de partage Panorama entrée.jpg
FNVLR Ligne de partage Carte Pipboy.jpg
Segments
Sections
Population
Factions
Légion de Caesar (autrefois)
République de Nouvelle Californie (autrefois)
Communauté de la Ligne de partage (autrefois)
Propriétaires
Armée américaine (autrefois)
Marchands
Autres acteurs
Créatures
Robots
Autre
Quêtes

« Le chemin devant vous et par-dessous mène au cœur de la Ligne de partage. Et là, vous et moi, nous tirerons le rideau. »

— Ulysses

La Ligne de partage est un terme commun qui désigne une étendue de terre dévastée située dans le nord-ouest des Terres dévastées du Mojave. Il est situé près de la frontière entre le Nevada et la Californie, et le Grand RIEN situé au sud[1][2]. En 2281, il s'agit du cadre dans lequel se déroule l'histoire du contenu téléchargeable Lonesome Road.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Avant-guerre[modifier | modifier le wikicode]

À la fin du XXIe siècle, le gouvernement américain lança la construction des villes d'Ashton et Hopeville, à la frontière entre Nevada et la Californie. L'objectif public était de faire de ces villes un exemple et un symbole du rêve américain.

Mais malgré l'image de palissades blanches abritant des barbecues et celle d'enfants gambadant joyeusement dans les rues, les deux ville servaient avant tout à dissimuler un vaste réseau de silos de missiles nucléaires construits sous la supervision de la division de défense balistique du Bureau de la défense du Commonwealth. Toutefois, bien que la propagande américaine ait déclaré que c'était une base solide pour le rêve américain, c'était en réalité tout le contraire, le complexe ayant été établi dans une région géologiquement instable, où les tremblements de terre mineurs étaient monnaie courante, ce qui poussa les militaires et autorités locales à minimiser ces problèmes, confiants dans la sécurité de l'ingénierie américaine.[3] Un autre problème a été causé par le fait que l'armée américaine ait utilisé Hopeville comme terrain d'essai pour les recherches du Grand RIEN concernant le contrôle météorologique, utilisant les habitants de la région comme cobayes.[1][4]

Bien que Hopeville était une communauté contrôlée avec des citoyens soigneusement triés sur le volet, le système n'était pas infaillible. En 2077, la région comprenait une importante communauté de dissidents, y compris des hippies locaux, qui protestaient contre la guerre sino-américaine en cours et les ravages du complexe militaro-industriel dans les camps de construction militaires à travers Hopeville et Ashton. Dans un exemple de « saine rage de justice capitaliste », le Bureau des affaires politiques s'est arrangé pour que ces « dissidents » soient regroupés et envoyés au Grand RIEN comme sujets de test pour les derniers projets du complexe, et ce avec l'aide des troupes du 11e régiment de cavalerie blindée sous le commandement du général Wellesley.[5][6][7]

Bien que l'installation ait été considérée comme un élément vital du bouclier anti-missiles américain, il semblerait que la construction de plusieurs silos de missiles près d'une faille sismique s'est en réalité révélée être une mauvaise idée. C'est pourquoi, le jour de la Grande Guerre, aucun des missiles nucléaires stockés dans les silos n'a jamais été lancés, laissant ces derniers en sécurité au sein du complexe durant plus de 200 ans.

Après-guerre[modifier | modifier le wikicode]

Bien que Hopeville et Ashton aient été détruites et abandonnées suite à la dévastation nucléaire, une petite communauté s'est accrochée à la vie dans ces terres parsemées de tempêtes situées aux confins de la Californie et du Nevada. Bravant le mauvais temps qui se déchaînait constamment depuis le Grand RIEN, ceux qui habitaient les ruines du Vieux Monde ont fini par se développer en puisant leur force et leur inspiration dans les anciens symboles et technologies qui les entouraient. Au XXIIIe siècle, la colonie a prospéré, et ce notamment grâce au Courrier qui était prêt à braver les tempêtes à plusieurs reprises pour livrer des colis à la communauté, donnant ainsi à ses habitants un espoir et un lien avec la civilisation.[8]

La communauté en question a fini par s'appeler la Ligne partage, non pas en référence à la faille monstrueuse qui finirait par y apparaître, mais plutôt en référence à son rôle à la fois de fossé et de pont entre l'est et l'ouest, entre la République de Nouvelle Californie et les Terres dévastées du Mojave. Le développement de la communauté avait même atteint un point tel que celle-ci a eu la chance de devenir quelque chose qui ressemblait à une seconde Shady Sands, mais dont le fonctionnement était très différent de celui de la RNC ou de la Légion de Caesar.[9] La nation, qui était en train de naître sur la Ligne de partage, avait une chance de combler le fossé creusé entre l'Est et l'Ouest, entre les tribus constituant la Légion de Caesar et les citoyens de la RNC, et tout ça, afin de les unifier sous une seule et même bannière.[10]

Malheureusement pour la Ligne de partage, la RNC fut plus rapide et s'y installa après avoir suivi la piste tracée par le Courrier. Son objectif était d'y établir une route secondaire majeure dans le Mojave afin de réduire le trafic sur la Longue 15 en direction des terres centrales de la République. L'armée et les familles marchandes de la République ont ainsi pu bénéficier de la nouvelle route établie à travers les tempêtes de la Ligne de partage afin d'obtenir un avantage certains sur le plan militaro-économique par rapport aux autres factions. Naturellement, le fait d'établir deux routes d'approvisionnement menant au Mojave étaient un problème sérieux pour la stratégie de la Légion, car cela donnait à la RNC un énorme avantage logistique malgré l'intense campagne de sabotage durant la période précédant la première bataille du barrage Hoover.[11]

Dans les mois qui ont précédé la bataille, Caesar a envoyé un groupe de Frumentarii et d'assassins pour couper la ligne d'approvisionnement et couper la route menant en Californie, en s'appuyant sur la destruction de New Canaan et des raids sur les caravanes à l'ouest.[12][13][14][15]

La nouvelle Ligne de partage[modifier | modifier le wikicode]

Bien que la Ligne de partage fut victime de la guerre que se livraient la RNC et la Légion, c'est au Courrier qu'ait revenu le rôle d'établir la route qui amènerait l'objet responsable de la disparition de la Ligne de partage. Alors que les légionnaires et les troupes de la RNC exécutaient les plans de leurs maîtres, le Courrier, quant à lui, livra à la Ligne de partage un étrange colis que la République avait récupéré de la base militaire de Navarro. La RNC pensait que les personnes qui vivaient parmi les silos et les symboles de l'Ancien Monde pourraient l'aider à découvrir l'utilité de l'objet récupéré dans l'ancienne base de l'Enclave. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que ce paquet scellerait le destin de la Ligne de partage. Peu après la livraison du paquet, les habitants de la Ligne de partage l'ont ouvert et l'appareil qu'il contenait s'est soudainement activé, se connectant aux ordinateurs de lancement cachés dans les silos et envoyant les codes de lancement et d'annulation. Les ogives ont alors commencé à exploser sous la terre, déclenchant ainsi un tremblement de terre massif qui a déchiré le sol, détruisant les villes d'Ashton et de Hopeville, ainsi que les installations militaires situées au-dessus et en-dessous. En 2281, la Ligne de partage est devenue une étendue de paysages crevassés et dévastés, tandis que les sables et cendres de la dévastation ont été capturés par les tempêtes artificielles, transformant ainsi un temps déjà violent en une monstrueuse tempête de poussière[16] qui pouvait écorcher un homme vivant.[17]

Ceux qui n'ont pas été tués par les détonations nucléaires ou les débris causés par le tremblement de terre se sont vus être déformés par les tempêtes radioactives, écorchés vifs et transformés en mutants terrifiants, uniquement maintenus en vie grâce à l'effet des radiations et leur haine profonde. Indépendamment de leur affiliation précédente, ceux qu'on appelle désormais les Hommes-stigmates se sont regroupés en groupes, réparant leur armure et leurs armes avec tout ce que les ruines de la Ligne de partage avaient à leur fournir.[18] Ulysses, lui-même, a été victime de ces tempêtes de lorsqu'il est arrivé pour la première fois sur la Ligne de partage. Il n'a été sauvé de la mort et des stigmates que parce que les robots médicaux de la Ligne de partage ont cru que le drapeau américain sur son dos signifiait qu'il était un soldat américain. Cependant, bien qu'il ait quitté la Ligne de partage en vie, quelque chose en lui s'était brisé.[19]

Malgré la perte de ses Frumentarii, la destruction de la Ligne de partage était une victoire stratégique pour la Légion. Avec les terres autour de Hopeville et d'Ashton détruites et les tempêtes de sable tuant ou défigurant tous ceux qui s'en approchaient, la RNC a perdu sa route d'approvisionnement secondaire et ne pouvait plus emprunter la route du nord vers la Californie pour contourner les montagnes. Les caravanes envoyées ayant toutes disparue avant même d'atteindre le Nevada, les Rangers de la RNC ont confirmé que la route était impraticable.[20][2][21] Privée de cette voie logistique, la RNC n'a pu envoyer rapidement suffisamment de renforts au Nevada pour capitaliser sur sa victoire à l'issue de la première bataille du barrage Hoover, donnant ainsi à Caesar le temps de se retirer en Arizona et de préparer sa Légion pour une contre-offensive.[22]

Cependant, même si le souvenir de la colonie peuplant la Ligne de partage a disparu de la conscience collective, l'histoire de la Ligne de partage, bien qu'érodée par les violentes tempêtes qui l'ont rendue impossible à braver pour tous, sauf les voyageurs les plus endurcis, continua malgré tout. Ulysses, seul homme encore en vie à se souvenir de la Ligne de partage, parcourut les terres désolées pendant encore quatre ans, réfléchissant à la destruction apportée à cette nation naissante par un simple courrier. Désillusionné par la Légion et la RNC, Ulysses s'est finalement décidé à faire en sorte que l'histoire se répète. Cependant, contrairement au Courrier, si cela devait se faire, il le ferait les yeux ouverts. C'est pourquoi, celui-ci a commencé à rassembler les connaissances nécessaires afin de maîtriser les nombreux secrets de la Ligne de partage, ramenant ainsi peu à peu les silos nucléaires à la vie du mieux qu'il le pouvait. L'arrivée d'ED-E dans les Terres dévastées du Mojave a considérablement accéléré le processus, du fait que les machines de la Ligne de partage ont scanné à distance l'Eyebot de l'Enclave et ont fabriqué une nouvelle série de robots qui ont accéléré la restauration des silos. Durant le processus, des fragments du détonateur que le Courrier a livré ont été récupérés et utilisés pour fabriquer un Eyebot de maintenance unique au silo de missiles de Hopeville.

Considérant cela comme un moment propice, Ulysses a envoyé un unique message au Courrier qui venait de tromper la mort à Goodsprings, l'invitant à parcourir la route solitaire à travers la Ligne de partage et à lui apporter l'Eyebot ED-E. Puis il a attendu, préparant les missiles nucléaires pour remettre les compteurs à zéro, mais pas avant d'avoir eu la chance de se confronter au Courrier, sous les tempêtes de la Ligne de partage et le drapeau de l'Ancien Monde.

Disposition[modifier | modifier le wikicode]

Située au nord-ouest des Terres dévastées du Mojave, dans la vallée de Mesquite, la Ligne de partage est une région qui abritait autrefois la ville de Hopeville, une communauté organisée, construite autour et au-dessus d'un complexe militaire accueillant plusieurs silos de missiles nucléaires, ainsi que la ville d'Ashton, une grande ville qui servait également de carrefour routier majeur. Cependant, peu importe ce qu'était la Ligne de partage, la catastrophe nucléaire, qui s'est abattue sur la région des mains du Courrier, l'a transformée en un paysage méconnaissable de métal tordu, de béton et de terre, érodé par les tempêtes de sable qui balaient toute la région.

Les missiles nucléaires dissimulés dans les silos d'Ashton ont été activés par le détonateur automatique livré par le Courrier, explosant sous le sol. Les explosions combinées à la présence d'une faille sismique dans la vallée de Pahrump ont créé un énorme canyon s'étendant d'est en ouest, rempli de bâtiments, de véhicules et d'infrastructures effondrés ayant fait partie d'Ashton. Le réseau routier a été déformé et détruit par la combinaison de plusieurs facteurs, des sections entières de l'autoroute surélevée s'étant effondrées pour écraser les bâtiments en-dessous.

Hopeville et ses installations militaires adjacentes ont en grande partie échappé à la dévastation, du fait que les silos de missiles étaient hors de portée du détonateur. Cependant, ces derniers ont été soumis aux tremblements de terre terrifiants et aux tempêtes qui ont suivi, avec au moins un bunker de missiles penché à à peu près quinze degrés en raison de ses fondations devenues mouvantes. Le renforcement structurel et le blindage ont assuré la survie de ces installations, complétées par des infrastructures électriques et électroniques.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  • Il faut trois jours in-game pour voyager entre les Terres dévastées du Mojave et la Ligne de partage.
  • Entrer et quitter la Ligne de partage remet à 0 les barres d'hydratation, de nourriture et de sommeil en Mode Hardcore.

Apparitions[modifier | modifier le wikicode]

La Ligne de partage apparaît dans l'extension Lonesome Road.

Elle est également mentionnés dans Fallout: New Vegas et ses extensions : Dead Money, Honest Hearts, et Old World Blues.

En coulisses[modifier | modifier le wikicode]

  • Avant la sortie de Lonesome Road, Chris Avellone a partagé ses objectifs concernant la conception de la Ligne de partage, ainsi que certaines des limites auxquelles l'équipe était confrontée et les relations à mettre en place pour la relier aux histoires des autres extensions.
  • Chris Avellone décrit que le colis transporté par le Courrier provenait de la RNC suite à la destruction de la base de Navarro.
  • Dans le monde réel, la ville d'Ashton se situe sur le site de la ville de Beatty (Nevada) près de la {{wikipédia:Vallée de mort}} et de la frontière entre la Californie et le Nevada.
  • Avant la sortie de Lonesome Road, la Ligne de partage a été présentée parl'avatar de Chris Avellone.
  • Les bâtiments en ruine de la Ligne de partage ont été créés par Megan Parks.
  • David Lieu s'est occupé de l'étaiement des bâtiments de la Ligne de partage proprement dite, ainsi que de l'éclairage dans la grotte de l'Abaddon.

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 et 1,1 Entrées de terminal du centre de recherche Y-0 ; Terminal, Rapport de financement des distributeurs
  2. 2,0 et 2,1 Le Courrier : « La Ligne de partage a bloqué toutes leurs voies terrestres vers le nord ? »
    Joshua Graham : « Pas toutes. Mais il n'était plus possible de suivre la 127 vers le nord pour contourner les montagnes. Comme si la Vallée de la Mort ne suffisait pas, ils ont aussi dû faire avec la Ligne de partage et le Grand Rien. D'après les comptes rendus des explorateurs de la Légion, le Grand Rien est comme un mur pour tout être vivant qui s'en approche. »
    (Dialogue de Joshua Graham)
  3. Entrées de terminal de l'usine de traitement des eaux usées ; Ordinateur de Jackie, Tremblements de terre
  4. Journal d'Ulysses : Y-17.16
  5. Matériel anti-émeute avancé
  6. Entrées de terminal du bâtiment municipal, 3e rue ; Terminal du bureau du trésorier, E-mail inter-services
  7. Entrées de terminal du bâtiment municipal, 3e rue ; Terminal du bureau du trésorier, Mémo du commandant Devlin
  8. Ulysses : « Je n'aurais jamais découvert la Ligne de partage sans vous. Sans la route que vous avez tracée, encore et encore. Personne d'autre que vous ne venait ici... la route est dure. Ça a maintenu les terres de la Ligne de partage en vie au fil des saisons, des tempêtes. Ça dépassait le cadre du travail. Ça signifiait davantage à vos yeux. On ne s'intéresse à un endroit pareil que si on s'y sent chez soi. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  9. Le Courrier : « Cette route ne mène nulle part. Il n'y a rien sur la Ligne de partage. »
    Ulysses : « Beaucoup de gens du Mojave pensent que la Ligne de partage se limite à un canyon et des tempêtes... Ça n'a pas toujours été le cas. Il y a eu de la vie, une ville, plus à l'ouest... Pas une ville de l'Ancien monde comme Hopeville... plus récente. Quelque chose que vous avez vu. Elle s'appelait aussi Ligne de partage. Mais ce n'était pas un sol fracturé, c'était une route menant de l'ouest au Mojave, une voie logistique. C'est un Courrier qui a établi cette route. Vous. À l'époque, vous regardiez vers l'est. Cette fois... la Ligne de partage est dans l'autre direction. Et si vos yeux essaient de comprendre quand vous la rejoindrez... Votre foyer n'est plus ce qu'il a été. »
    Le Courrier : « Pourquoi me reprocher ce qui est arrivé à la Ligne de partage ? »
    Ulysses : « La communauté qui a vécu ici... le paquet que vous avez apporté... tous deux portaient les marques de la Ligne de partage. Les marques de l'Amérique. Vous avez vu les marques, le symbole. Dès le silo de Hopeville, peut-être. Il était gravé sur vos armes. La Ligne de partage, ses bâtiments, ses gens étaient construits autour des mêmes marques qui les entouraient ici. Des marques comme le drapeau sur mon dos. En suivant votre route jusqu'à la Ligne de partage, j'ai vu le symbole que je portais tout autour de moi. Un symbole de l'Ancien monde. Un symbole et des gens assez forts pour durer plus longtemps que l'Ours et le Taureau. Une promesse d'amélioration. Caesar a eu raison de vouloir sa disparition. La RNC a eu raison de vouloir y planter ses griffes. Sa vision... m'a transformé, comme la vision du barrage Hoover a transformé Caesar et la RNC. La vision de sa fin m'a transformé, elle aussi. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  10. Le Courrier : « Alors, vous croyiez en cet endroit. En ce qu'il a été autrefois. »
    Ulysses : « Il y avait de l'espoir, ici. Celui d'une autre chance. Une nouvelle nation en formation. Un endroit où j'aurais pu poser mon drapeau. Pas l'Amérique d'autrefois. Pas l'Amérique d'autrefois, mais quelque chose de plus grand que les tribus de l'est et que les maisons de l'ouest. Quelque chose de mieux. La Ligne de partage aurait pu les relier, comme le barrage. Aujourd'hui, les deux sont trop noyés sous le sang pour savoir ce qu'ils auraient pu être. Vous avez donné vie à cet endroit. J'ai suivi votre route jusqu'ici, j'ai vu la Ligne de partage. Vous m'avez conduit ici pour que je puisse voir ça. Ensuite, vous y avez mis fin. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  11. Le Courrier : « Vous avez dit que la RNC et la Légion s'étaient battues ici... avant et après la Ligne de partage ? »
    Ulysses : « L'Ours à deux têtes a enfoncé ses griffes dans la piste que vous aviez tracée. Un moment, on a cru qu'il réussirait à créer une route vers le Mojave. On ne pouvait pas laisser la RNC tenir la Ligne de partage. Une route utilisable par les soldats. Il ne peut y avoir deux routes menant au Mojave. Pas après le mal qu'on s'était donné pour isoler New Canaan, couper d'autres routes, éliminer les caravanes, faire saigner l'ouest. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  12. Le Courrier : [RNC] « La RNC aurait eu besoin de cette voie logistique pour renforcer le Mojave. Et le barrage.
    Ulysses : « Le barrage. Ce mur de l'Ancien monde. On ne pouvait pas laisser l'Ours, la RNC, le rejoindre facilement. La Longue 15... Canaan... c'était déjà assez mauvais. Kimball, Caesar, House... à croire que leur monde se limitait à ce mur sur le Colorado. Si je ne l'avais jamais vu, si je n'en avais jamais parlé... mais une fois découvert, c'est devenu la fixation de Caesar. Ça et le drapeau qui flottait derrière, un autre symbole assez grand pour le défier. Et la Ligne de partage, l'une des routes qui y menaient. La Légion a eu l'ordre de la couper. Si on ne pouvait pas tuer l'Ours, il fallait l'affamer. Ce genre de meurtre... n'importe quel légionnaire s'en serait chargé. Aujourd'hui... la Ligne de partage appartient à l'histoire. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  13. Le Courrier : [Légion] « Si cette route ravitaillait le barrage, il était logique que la Légion veuille la couper. »
    Ulysses : « Le barrage. Ce mur de l'Ancien monde. On ne pouvait pas laisser l'Ours, la RNC, le rejoindre facilement. La Longue 15... Canaan... c'était déjà assez mauvais. Kimball, Caesar, House... à croire que leur monde se limitait à ce mur sur le Colorado. Si je ne l'avais jamais vu, si je n'en avais jamais parlé... mais une fois découvert, c'est devenu la fixation de Caesar. Ça et le drapeau qui flottait derrière, un autre symbole assez grand pour le défier. Et la Ligne de partage, l'une des routes qui y menaient. La Légion a eu l'ordre de la couper. Si on ne pouvait pas tuer l'Ours, il fallait l'affamer. Ce genre de meurtre... n'importe quel légionnaire s'en serait chargé. Aujourd'hui... la Ligne de partage appartient à l'histoire. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  14. Le Courrier : [RNC] « Ces cadavres, dans le silo, étaient ceux de soldats de la RNC. Des types des forces spéciales. »
    Ulysses : « Peut-être bien. Autrefois. Ils sont venus à la Ligne de partage. Ils y sont restés. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  15. Le Courrier : [Légion] « Le silo contenait des cadavres de Frumentarii. Des éclaireurs. Des assassins. »
    Ulysses : « Peut-être bien. Autrefois. Ils sont venus à la Ligne de partage. Ils y sont restés. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  16. Le Courrier : « Qu'est-ce qui s'est passé ici ? »
    Ulysses : « Vous avez livré un paquet. Il portait des marques identiques à celles de la Ligne de partage. Pas toutes... mais suffisamment. Des marques militaires venant d'un endroit pillé par l'Ours, à l'ouest. Les voir vous a peut-être rappelé votre maison... donné envie de l'apporter. »
    Le Courrier : « Vous dites que j'ai apporté ça de l'ouest ? »
    Ulysses : « C'était un appareil, un détonateur. Comme je n'en avais jamais vu... ni entendu. Vous avez apporté cette chose à la Ligne de partage. Je le sais parce que je vous suivais sur la route. J'ai vu ce que vous avez fait. Vous l'avez apporté à la communauté que vous aviez établie. Vous êtes responsable de ce qui est arrivé quand ça s'est ouvert et a commencé à parler. À ce moment, la Ligne de partage a répondu. Ces missiles que vous avez vus, enfouis dans leurs silos... Ils ont explosé sous le sol, crevassé le paysage. Le sable, les cendres... les morts... Le ciel de la Ligne de partage est devenu un cimetière. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  17. Le Courrier : « Qu'est-ce que ça avait d'étrange ? »
    Johnson Nash : « Ce robot cowboy nous a demandé d'engager six courriers. Ils transportaient tous un objet différent. Une paire de dés, une pièce d'échecs, etc. Je devais envoyer une demande d'embauche pour sept courriers au bureau de l'Express, au Centre. Chacun devait transporter un... un bibelot ! Il y avait des cartes à jouer, des dés, des pièces d'échecs, des conneries comme ça. Ensuite, il revient et me demande six courriers, et plus sept ! »
    (Dialogue de Johnson Nash)
  18. Le Courrier : [Survie 35] « Les radiations leur permettent peut-être de survivre à des endroits si durs qu'ils tueraient même des goules. »
    Le Courrier : [Médecine 35] « Si ce sont des goules, les radiations soignent leurs blessures, mais pas leurs cicatrices. »
    Ulysses : [RÉUSSITE] « Il y a du vrai dans ce que vous dites... d'après leurs tactiques... ils récupèrent. Sinon, ils ne pourraient pas vivre avec ces blessures. Les vents de la Ligne de partage ont arraché la peau de beaucoup d'entre eux. Peut-être que seules les radiations les maintiennent debout. Ils campent près des silos... des charges. Impossible de se débarrasser des radiations. Ils sont plus durs à tuer là-bas, il faut les en éloigner. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  19. Le Courrier : « Si vous avez assisté à ça, comment avez-vous pu survivre ? »
    Ulysses : « J'aurais dû mourir là-bas... mais maintenant que je sais que vous êtes en vie. Les machines m'ont sauvé. J'étais le seul survivant, ou croyais l'être. Votre paquet et son message ont réveillé les machines médicales. D'autres comme celle qui vous suit se sont construites et en ont construit d'autres. Elles n'emploient que les pièces de la Ligne de partage, ne vont pas au-delà. Elles ne quittent pas les silos sans suivre un humain, comme des chiens. Elles ont peut-être vu le drapeau sur mon blouson, ont cru que j'étais de l'Amérique. Si c'est ça, l'histoire m'a sauvé. C'est un signe. »
    (Dialogue d'Ulysses)
  20. Extrait du Compte rendu d'intervention Rangers RNC : « Nous avons rejoint la région que les tribus locales appellent la "Ligne de partage", mais d'après ce que j'ai pu voir, je doute que ceci puisse constituer une route adaptée à l'acheminement de troupes vers le barrage Hoover. Le terrain est cauchemardesque, nous avons constaté la présence de vie indigène hostile et les compteurs Geiger s'affolent autant que des montres mécaniques sous Jet. »
  21. Le Courrier : « Qu'y a-t-il à la Ligne de partage ? »
    Joshua Graham : « Je n'en suis pas sûr, et ça m'étonnerait que la RNC le sache. Elle a été largement dépassée par ce qui est arrivé à la Ligne de partage. Nos frumentarii nous ont dit ce qu'ils ont vu. Seul un fou irait dans un endroit pareil. Tous les chemins mènent au même endroit : la tombe. Ils ont dit qu'il ne restait qu'une plaie ouverte dans le sol, maudite et damnée. Ce n'est pas un endroit pour ceux qui craignent Dieu. »
    (Dialogue de Joshua Graham)
  22. Le Courrier : « Je suppose que vous n'aimez pas beaucoup Caesar. »
    Joshua Graham : Aime le pécheur, hais le péché. Avec Caesar, il est souvent difficile de voir l'homme derrière tous ces péchés. On a eu de la chance que les voies logistiques de la RNC au nord de l'Avant-poste de Mojave aient été détruites avant la bataille du barrage Hoover. Quelque chose de grave s'est passé près de la Vallée de la Mort, à la Ligne de partage. La RNC ne pouvait plus passer et ça a ralenti leurs renforts. Des tempêtes ont anéanti des compagnies entières avant leur arrivée dans le Nevada. Les suites de la bataille auraient pu être pires pour Caesar.
    (Dialogue de Joshua Graham)