Radio des pillards de Rose

De Les Archives de Vault-Tec
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La radio des pillards de Rose est une quêtes donnée par Rose.

Pistes[modifier | modifier le wikicode]

- Salut les potes, ici Rose, pour faire le point sur la circulation et la météo. Pratiquement tout le monde est mort, donc la circulation n'avance pas vraiment.

- Bonne chance pour aller au boulot. Quant à la météo, on s'attend à quelques averses radioactives pendant le week-end, donc oubliez vos projets de pique-nique !

- La prochaine partie s'adresse à tous les survivants de l'extérieur qui sont pas faits en métal, ou qui sont pas des goules, des calcinés, des mutants, ou Dieu sait quoi d'autre.

- La vie après le bombardement est blindée de radiations, et ça s'empire de jour en jour, avec la civilisation qui continue de s'effondrer et de pourrir dans le caniveau.

- Si vous pouvez pas vous transformer en robot, soyez pas cons, pensez aux protections. Ouvrez un bon Rad-X, et vous serez bons pour la route, du moment que vous évitez les situations les plus radioactives.

- Sinon, prenez une grosse dose de n'importe quelle drogue récréative. Vous serez tellement perchés que vous en aurez rien à battre que votre peau fonde.

- Mais soyez sympa, et pensez à apporter des drogues en rab pour partager avec votre copine Rose, avant de mourir d'une mort extrêmement douloureuse.

- C'était Rose, et ses super astuces de survie.

- Si vous avez envie de rejoindre la bande de hors-la-loi la plus cramée des Terres désolées, venez me rejoindre au Sommet du Monde. Les camés sont les bienvenus !

- Interdits aux profiteurs. Enfin, sauf si vous profitez d'un autre neuneu là dehors, dans ce cas, on s'en fout, pas vrai ?

- Et avant que vous ayez la brillante idée d'essayer de me dézinguer, oubliez pas qui a survécu toute seule, ici.

- Je vais vous dire un truc, c'est pas les Samaritains, et c'est pas la Confrérie de l'Acier, ça c'est clair. Alors prenez une minute ou deux pour y réfléchir.

- Salut, les Appalaches ! Ici Rose, votre Pillarde mortelle d'à côté, et prête à refaire affaire ! Bon, je sais que vous devez vous sentir seuls.

- Mais je suis là pour mettre un peu de piquant dans votre vie !

- Si les explosions, le chaos et le bordel généralisé des premières semaines après le bombardement vous manque, eh bien je suis là pour vous !

- Restez à l'écoute ! À plus sous le bus, les enfants !

- Alors les kids, on a suivi mes conseils, on a bien pris sa drogue ?

- Je parie que vous vous sentez plus vraiment vous-mêmes sans votre dose ?

- Si oui, j'ai de mauvaises nouvelles pour vous. Félicitations, vous êtes accro ? Et maintenant, vous me demandez ?

- Eh bien, vous pourriez essayer de surfer sur la vague, mais je le conseillerais pas.

- Vous pourriez recruter un larbin qui se doute de rien pour qu'il vous en ramène toujours plus, c'est une de mes options préférées.

- Ou alors, vous la fermez, et vous acceptez le fait que vous allez vous sentir comme une merde jusqu'à votre prochaine dose.

- Avant, on pouvait se pointer chez le docteur et demander une ordonnance pour de l'addictol, mais bonne chance pour trouver tout ça aujourd'hui.

- Peut-être que vous aurez de la veine, et que vous trouverez le moyen de préparer votre propre remède, mais moi, j'ai aucune idée de comment faire, pas la peine de demander.

- Et si vous réussissez à survivre au sevrage, j'espère que vous y réfléchirez à deux fois avant de suivre les conseils d'une inconnue.

- C'était un autre petit conseil de votre pote Rose, qui ne vous a jamais, au grand jamais, dit de prendre toutes ces drogues.

- Salut, tout le monde ! Quoi, c'était censé être marrant ? J'essayais de trouver un truc marrant à dire, et c'est ça qui est sorti à la place.

- Enfin bref, faites pas attention à moi, je trippe à fond les ballons, là.

- Je vais vous dire un petit secret. Il y a bien une raison pour laquelle je suis la seule à avoir survécu.

- Ils étaient tous nuls. Enfin, pas tous, je suppose. Certains Pillards étaient cool. Après, je suis pas sûre d'avoir le droit de dire qu'ils étaient tous méchants.

- Mais, moi je suis là, et pas eux, alors faites le calcul. J'étais la seule assez maligne pour survivre, et pas mourir d'irradiation ou de faim.

- Après, j'ai cette super planque où personne peut m'atteindre.

- Avant, je dois avouer que c'était l'ennui mortel ici, mais depuis l'ouverture de l'abri, c'est du divertissement non-stop.

- Franchement, j'espère qu'il y aura des survivants, parce que je compte bien remonter une toute nouvelle bande de pillards.

- Et pour ça, on aura besoin de proies faciles quand les affaires reprendront.

- Peut-être que quelqu'un voudra bien m'aider, et peut-être que je serai d'accord pour laisser vivre ce quelqu'un une fois que les Pillards seront de retour.

- Après, peut-être pas non plus. Je suis une partenaire volage. Rose, terminé !

- Je prends des nouvelles de mes auditeurs des Appalaches ravagées. J'ai l'impression que je dois vous en dire plus sur la dope que vous trouverez.

- Sinon, comment vous saurez quoi m'apporter si je vous en demande ? Et puis, vous aussi, vous pouvez en prendre !

- Après, vous étiez peut-être trop jeune avant la guerre, ou peut-être que vous étiez un de ces béni-oui-oui chelous, trop vertueux pour se droguer.

- Eh bien accrochez-vous, parce que c'est un nouveau monde ici, et vous allez avoir besoin de toute l'aide disponible. Prenez le Buffout, par exemple.

- Si vous sortez tout juste d'un abri, votre corps est sûrement faible et inefficace. C'est ça, de passer des années dans le luxe, à se goinfrer de Cram en conserve.

- Prenez un peu de Buffout. Courez plus longtemps, frappez plus fort ! Vous deviendrez un athlète olympique en moins de deux, sans entraînement !

- Regardez comment je suis balèze ! Je peux écraser une colonne vertébrale humaine avec juste une griffe de métal, et tout ça, grâce au Buffout !

- Par contre, faites gaffe, c'est super addictif. Venez pas vous plaindre des effets secondaires.

- C'est l'heure de l'histoire de tata Rose !

- Il était une fois, deux groupes de gens :

- D'un côté, les gentils, qui avaient besoin de nourriture et de matériel.

- Et de l'autre, les méchants, qui avaient de la nourriture et du matériel.

- Les gentils demandèrent aux méchants de partager, mais les méchants refusèrent.

- Les gentils réalisèrent que les morts n'ont pas besoin de nourriture ou de matériel alors, ils ont pris leur courage à deux mains, sont allés voir les méchants, et les ont tués.

- Ensuite, les gentils sont allés se coucher, la bedaine remplie, et tout ce dont ils avaient besoin au pied du lit. Tout est bien qui finit bien !

- La morale de l'histoire : rejoignez les Pillards, parce que tous les autres craignent. Si vous voulez en savoir plus, venez me trouver.

- C'est bon, je suis de retour. J'ai dû vérifier un piège, pour voir qui s'était fait buter. La réponse ? Personne d'intéressant.

- Vous vous êtes déjà demandé comment je faisais pour rester aussi vigilante et alerte ?

- Tout ce que je fais, jour et nuit, c'est animer cette radio, et tenter de remettre sur pieds le plus grand gang de pillards que le monde ait jamais porté. C'est pas de tout repos !

- Les Mentats. C'est ça, le secret. Je dis pas que ces petites pilules vont vous rendre plus intelligents, mais j'ai fait des études, vous savez.

- Beaucoup, beaucoup d'études. Genre, tous les jours. Et laissez-moi vous dire, ils vous font partir au quart de tour. C'est comme un grand coup de pied au cerveau.

- Vous verrez et entendrez des choses que vous auriez crues impossibles, et boum ! Vous vous prendrez pour un super génie, tant que vous y êtes.

- Prenez-en si vous voulez briller en société. Et après, si vous en trouvez d'autres, hésitez pas à passer pour qu'on se fasse quelques petites sessions d'études de groupe.

- Et pour ceux qui viennent de nous rejoindre... putain, vous foutiez quoi ?

- Vous avez raté une apocalypse d'enfer pendant votre absence. Je parie que vous aviez le cul assez bordé de nouilles pour vous la couler douce dans un de ces abris.

- Ça a dû vous faire un sacré choc.

- Ça fait quoi, de ramper en dehors de son petit bunker souterrain douillet, et d'avaler une bonne grosse cuillère de réalité ?

- Pendant que vous étiez occupés à fêter des anniversaires ou à dormir dans des draps propres, nous, on façonnait un nouveau monde, où seuls les plus forts survivent.

- Et laissez-moi vous dire, les Pillards étaient au sommet de la chaîne alimentaire... enfin, jusqu'à l'arrivée des calcinés.

- Et maintenant, vous voulez survivre ? Vous voulez vivre assez longtemps pour renvoyer les calcinés dans les profondeurs auxquelles ils appartiennent ?

- Alors, écoutez-moi. Rejoignez les Pillards. Ne faites confiance à personne... Enfin, sauf à moi. Vous pouvez me faire confiance. Ne faites confiance à personne... sauf à moi.

- Oubliez la reconstruction de la société, ça vaut pas le coup. Suivez-moi, et vous apprendrez plein de trucs utiles de pillards comme :

- Comment tuer des gens et piquer leur matos.

- Comment intimider pour extorquer.

- Décorer son chez-soi avec des cadavres.

- Et plus encore !

- Venez me voir, moi, Rose, au Sommet du Monde, et demandez-vous comment vous pouvez saisir cette occasion en or !

- Les nazes, les balances et autres losers, passez votre chemin.

- Désolée pour ma petite pique de tout à l'heure. Cette dope m'en fait voir de toutes les couleurs, vous me suivez ?

- D'ailleurs, en parlant de ça, j'ai une autre astuce pour vous !

- Ça vous est forcément arrivé :

- Un jour que vous vous promenez, sans rien demander à personne, un énorme monstre vous saute dessus, droit dans la tronche ?

- Faites péter un coup de Psycho, préalablement dosé dans une seringue. Plantez-vous ça dans le bras, et magie, vous aussi, serez une force de la nature !

- Affrontez les créatures les plus féroces. Dépecez-les comme une dinde de Noël.

- Après, retournez voir Rose, et remerciez-la pour cette astuce incroyable en lui donnant un peu du Psycho que vous aurez trouvé.

- N'oubliez pas, la drogue c'est mal, sauf quand c'est bon pour vous ! Après, vous êtes pas obligé de me croire, je suis une accro !

- Salut tout le monde, je me fais pas mal chier ici.

- Si vous pouviez faire péter des trucs pour me montrer que vous pensez à moi, je trouverais un moyen de vous remercier.

- Évidemment, vous attendez pas à grand-chose. Vous croyez quoi, que je suis pétée de thunes ? Que je vais distribuer des cadeaux, genre Père Noël de l'apocalypse ?

- Vous vous plantez, mais vous aurez quand même les remerciements d'une nana robot complètement déglinguée. Ça vous suffit pas ?

- Écoutez, pratiquement tout, et tout le monde est mort, dehors. Alors faut pas faire les difficiles.

- Vous devriez plutôt être content que je sois pas en train de vous trucider.